∏.π.pi.3.1456 ≈≠ pipipipi≠....

3D.Cember.pi.machine ≈ ∏.π.pi.3.1456

2012.12.15 (sam.15.déc)

π (pi ou « 3.14etc ») doit être écrit ‘à la main’ dans la machine parce que son calcul impossible produit des erreurs : même avec une mantisse sur 53 bit, au bout de 20 itérations (l’itération est nécessaire à l’approximation de pi) les 6 ou 7 derniers chiffres sont encore faux.

il faut étendre les fonctionnalités NaN±∞ de IEE 754 dans le langage machine au point qu’un « vrai calcul » soit l’exception à la règle qui est que si on sait ce qu’on veut on a pas besoin de chiffres, sauf si on demande à la machine d’être une calculette. tout humain ayant utilisé un computer des années quatre-vingt doit pouvoir s’en souvenir : les ordinateurs de 2012 sont pour cette simple tâche grotesquement plus énergivores et chronovores que leurs ancêtres d’avant la souris.

pi, e : les nombres sont des représentations à l’aide de chiffres ponctués (0.-) de notions non-chiffrables. ce qui est flagrant pour pi e et leur copains un peu spéciaux est également vrai pour zéro et un.

texte alternatif #oui.#ok

Find value(s) in array :: softimage custom ice node (3D)

2012.12.11 (mar.11.déc)

je avais oublié d’écrire cet ‘article’.. désolé. je ne sais pas s’il trouvera des utilisateurs, mais j’ai écrit quelques mots à la machine en novembre dernier (#reprap.#wip) et un des noeuds d’un icecloud (cf:code.softimage) était un compound plutôt lent servant à trouver toutes le positions dans un array de toutes les valeurs d’un autre. ‘Find […]