ici la terre, tout va bien, merci..

By io, 2012.03.17 (sam.17.mar)

terre.creek

une petite planète au soleil, avec une maison..

terre.nuit.lumière

la terre a l’électricité..

terre.eau.chaude

la terre a l’eau chaude..

terre.3d.habitable

le vert, ça se mange..

C’est parfait ! quoi qu’on en dise, sept* milliard d’humains c’est parfait, c’est nickel. C’est la quantité idéale pour que cette espèce si inventive qu’on appelle humaine forme avec la terre un organisme tout à fait pragma! Evidement ça suppose de tenir compte de ce que peut réellement faire l’humain :

Un humain, ça vit sur la terre.
Ça flotte pas : ni dans l’eau, ni dans l’air.
Ça ne s’infiltre pas dans le sol non plus.

Et bien sûr, un humain, ça parle : pour qu’un projet prenne racine dans le réel il est suffisant de réaliser une BONne.double*.traduction.translation.


*DIALOGUE(s)

En attendant que je les retrouve tous, ce qui est peu probable, voici une traduction que je trouve potentiellement bien sensible de tout ce que je déblatère sur ce « blog »..

 

Sauf que, gentil Starck, il faut aussi tenir compte de ce qu’est réellement la vie de TOUTE l’espèce humaine aujourd’hui en 2013 :

Un humain vit donc sur les terres émergées du globe.
Comme ‘un humain’ c’est frileux, on en trouve surtout dans les zones tempérées.
Comme ‘les humains’ c’est social et/ou associal, ils se gardent à vue sans se toucher autrement que pour le plaisir suffisant de vivre heureux.

photo.voile.2013.10.31(micrig)

photo.voile.2013.10.31

 

 

 

#update :: avec un peu d’imagination il est facile de réaliser le micreb flottant, puisqu’une micrab peut être vue comme un véhicule (c’est valable aussi pour le micreb, évidemment ø:)

Mais revenons un instant aux chiffres et sur les terres émergées qui nous embêtent tant.. En gros, la surface habitable du globe est de 134 million de km2. 134 000 000 km2 / 7 000 000 000 : 0.019 km2/humain(e). (0.019142857142857)

nb:2013.03.24: Ça serait bien rigolo que les chiffres (data:donnée(s)) qui ont nourri les algorithmes qui ont façonné les statistiques qui ont pondéré les sondages qui ont déterminé les mesures humaines qui forment leurs perception, se soient trompés sur la valeur du temps humain à l'aide du $€£¥ de la même façon que quand elle a voulu calculer sa propre population ET qu'on' soit en 'réalité' cent fois moins d'humain(s) sur cette planète. Les possibilités mécalogique(s) d'un humain lui permettant sans difficulté de se percevoir plus nombreux qu'il n'est réellement, cette vue percée de soi-même PEUT masquer le fait que mes calculs soient complètement faux ET que la surface au sol naturel de sa planète disponible pour chaque petit foyer humain soit xx X plus vaste. cf:aire.air
math : on peut calculer la surface d'un triangle équilatéral avec la longueur d'un seul de ses segment, multiplié par elle même (au carré), multipliée par 0.433. Donc la longueur de 1 de ses segments est la racine carrée de la surface de ce triangle, divisée par 0.433  [tri.math.L √(S/0.433)]. Ce qui veut dire que les segments d'un triangle équilatéral ayant une surface de 0.019 km2 mesurent 209 m (m:meter.mètre) √(0.019/0.433 ≈ 0.210261341522164 km).
Autrement dit : si les humains s'étalaient librement dans les zones habitables du globe avec une densité constante, on aurait un humain tout les 210 Mètres. Or, les humains fonctionnent au minimum par paire pour co-produire un autre humain, et au maximum par milliers lorsque le projet demande plus de main(s) : (calcul par paires)
134 000 000 km2 / 3 500 000 000 :: 0.038 km2/paire :: √(0.038/0.433) :: 0.297 km : 297 m.

La surface disponible est doublée et la distance minimale entre deux foyers humains est de 297 mètres.. En réalité elle est beaucoup plus grande puisque les enfants vivent avec leurs parents (environ 30% des humains ont moins de 15 ans) et certaines zones géographiques sont plus propices au(x) grand(s) projet(s) qui vide (nt) le micreb pour un profit temporaire  (ports, aires).

300 mètres. Ça me semble une bonne distance d’avec ses voisins.. Assez proches pour être utiles et agréables, et assez loin pour être discrets et surprenants. Donc aujourd’hui (en 2012) les humains pourraient sans aucun problème s’installer selon un maillage simple ne tenant pas compte des frontières et jouir chacun(e), à condition d’accepter de vivre à deux ou plusieurs sous le même toit, d’un espace sensible (olfactif.sonore.visuel.tactile.etc (sapio sapiens) : une des conditions essentielles d’une vie vivante), équivalent à un petit ranch.

Appliqué en ville, on aurait rarement plus de 10 habitants par rue… ça serait enfin calme, sans manquer de rien.

 

Bon.

Evidement, le climat change régulièrement. ça veut dire qu’un humain, ça bouge. Les humains donc, ça se déplace, comme toutes les espèces vivantes, comme les algues avec la marée..

Le déplacement moyen de l'espèce humaine, actuellement, c'est quelques mètres par an. Cette mesure on peut l'imaginer en traçant dans le temps la position géographique moyenne des humains issus d'un même groupe qui sert de point de référence pour la mesure du déplacement. Par exemple si 2 humains en co-produisent 1 autre et que celui-ci s'installe 3km plus loin à l'âge de 10 ans, le groupe se déplace à la vitesse de 3km/3(humains)/10(ans) : 0.1km/an soit 100m par an. Comme ça correspond à des échelles de temps largement supérieures à celle d'une vie humaine, c'est parfait pour suivre le climat dans ses cycles et ses accidents, à condition de pas aller n'importe où et donc de savoir où on va.

Le seul moyen de savoir où on va, c’est de ne se déplacer que par nécessité : par saut(s).

Quand on veut attraper un truc ou en fuir un autre, on sait toujours vers où aller.

terre.satellite.habité

par pragmatisme, les humains cherchent refuge là où c’est impossible.. /!\ par saut ≠≠ parsec(s) /!\

Donc le plus pragma! n’est pas de prévoir à 50 000 ans le climat ou de rendre mars habitable, mais de faire en sorte que pour tout humain, la mobilité soit possible à tout moment, dans n’importe quelle direction,  et aussi loin qu’il le souhaite.

terre.routes.aériennes.2009

vu d’ici, Europe à des moustaches..

C’est d’autant plus pragma que les humains se sont fabriqué des machines très efficaces pour se déplacer plus vite que leur propre organisme ne le permet. Plusieurs millions d’humains se déplacent ainsi quotidiennement d’un bout à l’autre du globe. Seul ou en petit groupe, l’humain peut se déplacer à plusieurs milliers de km/h, mais la vitesse de pointe de l’espèce humaine dans sa globalité est difficile à évaluer.

Cela dit, rien n’empêche de l’imaginer : la capacité de transport aérien pour les humains est de 2.75 milliard d’individus par an. Si le rayon d’action moyen de ces avions est 3000km, la vitesse de pointe de l’espèce humaine, en 2012, serait 2.75 / 7 x 3000 : 1178 km/an..

L’humain peut donc aller plus vite et plus loin que les plantes, mais il est distancé par les autres mammifères, qui ne restent jamais là où ça fait mal. L’espèce canine par exemple, où chaque chien trotte à 20km/h 5h/j, peut se déplacer à la vitesse de  36 500 km/an. Ne souffrant aucune limitation imaginaire  comme l’identité et la citoyenneté, les espèces mammifère non-humaines se déplacent donc 30x plus vite que l’espèce humaine.

On imagine facilement le résultat quand le déplacement est urgent.

Quand un humain se confine à l'intérieur de frontières imaginaires, tout changement qui les dépasse, qu'il soit écologique, économique, politique, démographique, scientifique, technique, et n'importe quelle autre chose qui se décline dans la bouche de spécialistes, leur est insupportable..
Quand un humain en est rendu à tenter d'appliquer des lois imaginaires à d'autres mammifères que lui, par des mots ou par des barbelés ou n'importe quel type de cage, en métal ou en chiffres, il devient vite insupportable à sa propre espèce, quelle qu'en soit sa définition..
À croire qu'une frontière autre qu'un rivage entre la terre et l'eau soit réelle, l'espèce humaine est devenue rêveuse, et de plus en plus imaginaire...
Comme une peau, l'espèce humaine est un rêve de la terre, qui dispose de bien d'autres épidermes pour se draper dignement d'un cosmos à qui elle ne fait pas honte..

Notre espèce, donc, se regarde dans son miroir, qui est une grosse planète assortie de graphismes monumentaux, élaborés par ses mains au fil des temps, et pendant qu’elle fait ça, notre espèce se demande si elle est elle-même réellement divisée en états, nations, religions, langues, couleur, tranche d’âge, niveau de revenu, sexe, ou pas.

Notre espèce a beau être constituée de milliards d’humains, elle est parfois aussi stupide qu’une bactérie (mais ça explique aussi son ‘efficacité’)…

L’humanité est comme un chimpanzé qui se demande si son reflet est un autre ‘réel comme lui’. (mais lui ne reste pas toute sa vie devant le miroir)

Quand ‘on’ fait ça, ‘son’ rêve est un cauchemar..

L’humain est parfaitement réel ! mais mon(son, ton, …) imaginaire* est souvent raté
Heureusement, une construction imaginaire, ça peut se () (con|in).s.truire SANS faire de dégâts ø;)

 

*a propos d’imaginaire : il serait judicieux que les humains cessent de se compter. Ce ’7′ est aussi suspect que n’importe quel chiffre que notre pensée magique a produit ces derniers temps, avant qu’on s’aperçoive de sa signification. (qui n’a rien à voir avec sa virgule ou ses zéros, et même pas son signe ø:)

 

#pub! ~avouez que c’est rare sur www.micrab.TV ø:)

traces..

pause POS(e) : exemple.machine.2013.03.24|25 :: ≈1.BONne machine redirige automatiquement grâce à ≈1.BUG dont elle a le secret le lien "BON" vers l'article www.micrab.tv.diffusion(s) alors que le code source de cette page désigne comme source de 'BON www.micrab.tv ø:) De plus en le survolant il nous indique qu'il pointera vers 'ici la terre tout va bien merci.' ce que son code source n'indique pas. Bref, plutôt que de tenter de me l'expliquer et de chercher ≈1.explication nécessaire, je me contente ici de relever cette explication suffisante qui est que la machine a fait son travail ET m'a aidé à mieux lier mes propres articles.

archives (2012)

thankyouMerci machine pour cette heureuse re.direction ø:) cf:code.:source≈≠diffusion

thankyouMerci machine pour cette heureuse re.direction ø:) cf:code.!.source≈≠diffusion(s)

ref:math.éducation : (0.0442098317387) ≈ (134.e6 / 7.e9) ≈ 0.019142857142857/0.433 ≈≠ (0.044):==:(0.21 x 0.21 ≈ 0.21 'au carré' ≈ 0.21 'puissance 2' ≈ 0.21²)

 

25 Comments

  1. [...] nos amis les bosons.. ici la terre, tout va bien, merci.. Share → (function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if [...]

  2. [...] 'script', 'facebook-jssdk'));quand on dort on rêve.. 2012.03.2 (ven.02.mar) · quand on se repose, on dort, et quand on dort on rêve, c’est bien agréable. ça ne veut pas dire qu’il [...]

  3. [...] aucune douleur humaine n’est nécessaire à la naissance post-humaine : il suffit d’un évènement [...]

  4. [...] pas la peine de se flageller on est déjà extraordinaire ! d'après pascal, il est possible que l'agneau parle si on lui enlève son [...]

  5. [...] ici la terre, tout va bien, merci.. la normale de la république française est 1d+i.. Share → (function(d, s, id) { var [...]

  6. [...] espèce migratoire, ne serait-ce que pour d’évidentes raisons climatiques puisque les zones agréables du globe se déplacent régulièrement. la vie d’un coeur consiste à accumuler et à [...]

  7. [...] 2012@earth is the year when.where real life proves to be everything that moves, around what « i » feel is a static « me« , by choosing to keep living in its current imaginary organisation, called « organic », or not. [...]

  8. [...] imaginaire spécialisée (ex: humain:choix . soleil:climat . abeille:pollinisation . plantes.oxygène). un objet volant vivant.. cette image n'a pas de [...]

  9. [...] a accès à ses états quantiques, ceux-ci regroupant l’ensemble des positions « actuelle et passées« . c’est pourquoi, contrairement à la machine dont l’oeil est [...]

  10. [...] qu’on s’éloigne de l’origine (ød), il faut vérifier à chaque itération si on a fait une symétrie réelle ou imaginaire. cette vérification est un [...]

  11. [...] planètes, dans le cosmos, y’a que ça, et quelques moteurs pour les déplacer, d’une manière [...]

  12. [...] de croissance ? pffft foutaise ! Notre problème c’est pouvoir manger, si possible du non radioactif [...]

  13. [...] ans c’est comme mettre une cuillère à soupe d’eau de javelle concentrée dans un bocal : pas sûr que le poisson vive assez longtemps pour profiter de son nouveau bocal tout [...]

  14. [...] 1% des humains semble en mesure de jouir des inventions que produit 100% de [...]

  15. [...] y a beaucoup plus intéressant en ces temps réels que les humains vivent depuis quelques jours, que de savoir si le son est meilleur ou plus [...]

  16. [...] Pourtant, si on dissout préalablement les groupes locaux, tous devenus abscons, il serait possible, à condition de l’organiser, de façon non pas hiérarchique, mais organique, c’est à dire avec une différenciation plus fine de la population humaine qui permet en retour une organisation plus complexe et donc plus grande dans ses effets et plus simple dans la manipulation de son groupe local le plus large, c’est à dire une espèce vivante particulièrement excitée par la vie qu’on appelle humaine, il serait donc possible de manipuler, comme on utilise une fourchette ou le volant d’une voiture, notre propre espèce, et par exemple d’y produire une vaste redistributions des membres, comme une étoile de mer lâche un millier d’oeuf en même temps, d’un coup sec, les humains néo-humains ou post-humains pourraient donc facilement profiter de leur splendide organisme, devenu soudain un capteur-transmetteur-choisisseur-vérificateur efficace parce qu’il utilise son espace micro-local, son propre corps, tout en sachant qu’il est un organe migratoire, une sorte d’hormone planétaire, plus complexe que les végétaux qui font office de protéines. [...]

  17. [...] est temps de se réveiller, parce que maintenant, on peut se reposer : la terre est terminée, finit l’esclavage. il aura peut-être été un moment nécessaire pour permettre [...]

  18. [...] fonctionner à des échelles 3d contradictoires comme celle d’un quark, celle d’une planète et celle d’une [...]

  19. [...] simple expression, à la négation logique ‘≠’, qui est une notion d’identité (la terre), pas de comparaison (les [...]

  20. [...] Ainsi les lois les plus hygiénistes ne parviennent qu’à produire une propreté imaginaire, propriété qui confine à la pureté narcissique, alors que le corps est abandonné à un environnement de [...]

  21. [...] logique, névrose, pragma!, sapiens je sens que « je » est satisfait(e) [...]

  22. [...] pour un citoyen de la république française qui pense avoir à faire à un point 1d alors qu’il s’agit d’un vecteur 1d+i, ça produit du désespoir.. [...]

  23. [...] en décrire la topologie, c’est à dire la répartition sur le globe, et leur mode de connexion. C’est celle d’un treillis fait de triangles équilatéraux ignorant toute forme de [...]

  24. [...] de la même façon étrange qu’une cicatrice reste à vie là où elle n’a été utile que quelques jours ou quelques semaines, le corps [...]

Leave a Comment to mûres mures.. | io.log

Répondre à mûres mures.. | io.log Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>