les astronomes, ces anges.

By io, 2012.06.15 (ven.15.juin)

Les astronomes, ces anges, sont en train de raconter peu à peu que des planètes, finalement, ça peut se former presque n’importe quand, et qu’on en trouve presque n’importe où.. La matière sombre et exotique pourrait-elle être en grande partie planétaire ? Certainement pas ! Sinon, dans ce cas, des planètes, dans le cosmos, y’a que ça ! On a  probablement près peu de planètes vivantes, mais de lourds véhicules comme les galaxies pour les transporter le long d’infrastructures, qui comme leur nom/mot l’indique nous sont invisibles, hors de notre portée, perdues dans un brouillard de galaxies ou de bosons, et finalement indépendantes puisque ces quelques véhicules sur lesquels nous vivons pour nous déplacer, d’une manière plus ou moins rapide et ± ample selon le circuit emprunté, peuvent dérailler comme un train s’ils ne savent pas s’arrêter avant un point du trajet où l’aiguillage n’est pas dans un état stable , ou bien si il est perdu, ou si les rails sont à cet endroit abimés, voire inexistants et/ou pas terminés ø:)

michel-ange : " la création du soleil "

michel-ange :  » la création du soleil « 

Aux dernières nouvelles, ce véhicule est un groupe gravitationnel. La complexité de ce groupe est variable mais ce groupe inclut toujours la planète elle même, et souvent la ou les étoiles responsable(s) de sa rotation de deuxième degré, le premier étant sa rotation propre, sur elle-même, les autres étant pour l’instant et pour un humain.2013 probablement sans importance et complètement hors d’échelle. Ce groupe décrit les chemins que peuvent emprunter ses membres et la vitesse à laquelle ils se déplacent.

En ce qui nous concerne, tout se qu’on en « sait », c’est ce que ‘on en « voit ».

Or, quand on voit le détour qu’arrive à imprimer à la lumière une simple galaxie, alors qu’on « sait » que la masse des galaxies n’est rien par rapport à la masse inexplicablement invisible du vide cosmique, j’imagine que nos chers astronomes onte calculé, eux qui aiment tant ça, le freinage imposé à la lumière émise par les corps lumineux que nous observons à travers cette masse folle qu’on dit noire, sombre et/ou exotique ?

On la traite souvent pas bien cette matière exotique en ±2013.. (4026 ans de barbarie mine de rien ø;)

Dans le vide, supposé neutre d’un point de vue gravitationel, la lumière va très vite ET va très droit. Mais quand le vide ne l’est plus, qu’il soit pollué par une masse visible ou pas, auquel cas il devient un medium chargé qui ralenti la lumière OU qu’il soit structuré par une masse visible ou pas, devenant une voirie et/ou des points d’arrêts : ce vide qui n’est pas rien semble donc freiner et/ou accélérer, voire conduire la lumière, mais sans le faire tant les échelles auxquelles il travaille n’ont pas d’effet sensible pour un humain, le même phénomène de dé-corrélation qu’on observe entre le sub atomique et le sur atomique se produit entre le temps humain et les temps qui le structurent et qu’il contribue à structurer, à son échelle, souvent en fonction de ce qu’il imagine de ce qui se passe aux échelles plus grande que lui, car il aime s’y comparer ø;)

Donc : les galaxies qu’on imagine à plusieurs milliards d’années lumières sont probablement plus proches et/ou plus loins d’un facteur très surprenant, sans que la vitesse de la lumière ait à être supérieure à 3e5km/s, puisque les trajectoires offertes par notre infra-structure-exotique disposent de bien des noeuds et empruntent parfois des chemins tordus. Le choix du trajet logique, qui décrit chaque noeud et comment et pourquoi le prendre à droite ou à gauche (pour un aiguillage 2D)  revient à la galaxie et/ou au noeud de l’infra-structure par lequel elle est en train de passer. La distance entre chaque noeud n’a pas de sens et peut être ignorée quand il s’agit de choisir.. une seconde suffit souvent.

Il suffirait alors, si notre vision pouvait être logique sans s’occuper de savoir combien de temps il faut pour voir, de dépolluer le vide pour que les planètes vivantes comme la notre puissent enfin voir leurs voisines, maintenant qu’on’ sait que ces planètes qui nous entourent sont lointaines pour nos pieds, mais pas pour nos yeux, ou l’inverse.

Le temps, ça dépend de ce qu’on pense de ce qu’on regarde.


#note: en fait ils ne racontent pas ça du tout, la seule chose que les fascine c’est d’imaginer ET partout.

One Comment

  1. [...] Sauf que, gentil Starck, il faut aussi tenir compte de ce qu’est réellement la vie de TOUTE l… [...]